Bar restaurant Le Lieu Dit - 6, rue Sorbier 75020 Paris - 01 40 33 26 29 - contact@lelieudit.com

Accueil > Rencontres littéraires / débats > Débat « Quand l’émotion fait la loi... » avec Anne-Cécile Robert et Rony (...)

Débat « Quand l’émotion fait la loi... » avec Anne-Cécile Robert et Rony Brauman, autour de leurs derniers livres, La Stratégie de l’émotion (Lux) et Guerres humanitaires : mensonges et intox (Textuel).

Mercredi 21 novembre à 19h


La stratégie de l’émotion

Anne-Cécile Robert

Avant propos de Éric Dupond-Moretti

Les émotions dévorent l’espace social et politique au détriment des autres modes de connaissance du monde, notamment la raison. Certes, comme le disait Hegel, « rien de grand ne se fait sans passion », mais l’empire des affects met la démocratie en péril. Il fait régresser la société sous nos yeux en transformant des humains broyés par les inégalités en bourreaux d’eux-mêmes, les incitant à pleurer plutôt qu’à agir.

À la « stratégie du choc » qui, comme l’a montré Naomi Klein, permet au capitalisme d’utiliser les catastrophes pour croître, Anne-Cécile Robert ajoute le contrôle social par l’émotion, dont elle analyse les manifestations les plus délétères : narcissisme compassionnel des réseaux sociaux, discours politiques réduits à des prêches, omniprésence médiatique des faits divers, mise en scène des marches blanches, etc. Une réflexion salutaire sur l’abrutissante extension du domaine de la larme et un plaidoyer civique pour un retour à la raison.


Guerres humanitaires ? Mensonges et intox

Rony Brauman

« C’est toujours au nom d’un Bien que se déclenchent les guerres » rappelle Rony Brauman dans cette conversation avec Régis Meyran.
Pour le célèbre Médecins sans Frontières, les guerres « humanitaires » récentes ne sont rien d’autre que des croisades morales fondées sur des mensonges.
Les exemples de propagande belliciste ne manquent pas : prétendu arsenal d’armes de destruction massive détenu par feu Saddam Hussein en Irak, question du génocide discutable au Kosovo, chiffres bidons de la famine en Somalie, faux massacre de manifestants en Lybie…
Sans être non-interventionniste par principe, Rony Brauman se montre extrêmement méfiant à l’égard de l’engouement guerrier dont nombre de dirigeants font preuve aujourd’hui, et n’hésite pas à critiquer les instances internationales : le conseil de sécurité de l’ONU ou la Cour pénale internationale représentent pour lui avant tout les intérêts des puissants. Contre un prétendu « droit d’ingérence », et en s’appuyant sur les critères de la « guerre juste », Brauman critique l’obsession occidentale d’imposer par la force les valeurs démocratiques. C’est preuves à l’appui qu’il démonte les fausses raisons d’entrer dans des guerres prétendument « justes » sans jamais céder à une quelconque théorie du complot.

Rony Brauman est médecin, co-fondateur et ancien président de Médecins sans Frontières (1982-1994). Il est Directeur de Recherche à la Fondation Médecins sans Frontières et professeur à l’IEP de Paris. Il s’est notamment opposé à l’intervention militaire française en Lybie. Son livre paru chez Textuel Humanitaire, le dilemme (1996,réed. 2002) est le premier titre de la collection « Conversations pour demain ». On lui doit également Diplomatie de l’ingérence (Elytis, 2016) et Manifeste pour les Palestiniens (Autrement, 2014).
La stratégie de l’émotion.


Ce site est propulsé avec SPIP par Petitefabrique.net - Mentions Légales