Bar restaurant Le Lieu Dit - 6, rue Sorbier 75020 Paris - 01 40 33 26 29 - contact@lelieudit.com

Accueil > Rencontres littéraires / débats > Rencontre-débat avec l’historien américain Marcus Rediker « Traites négrières, (...)

Rencontre-débat avec l’historien américain Marcus Rediker « Traites négrières, capitalisme et résistances »

Jeudi 21 novembre à 19h


Le débat sera suivi d’un concert de The Angry Cats (trio rock’n’roll/rockabilly, formation acoustique).

Soirée organisée par les éditions Libertalia et la librairie Le Monte-en-l’air.

L’auteur :

Marcus Rediker, né en 1951, est professeur à l’université de Pittsburgh. Spécialiste de la mer, des marins et de la piraterie au XVIIIe siècle, il est l’auteur de L’Hydre aux mille têtes(éditions Amsterdam, 2009), Les Forçats de la mer(éditions Libertalia, 2010), Pirates de tous les pays (éditions Libertalia, 2011). Il est l’un des principaux tenants de l’ « History from below », l’histoire vue d’en bas, du côté du peuple.

Le livre en débat :

À bord du négrier. Une histoire atlantique de la traite.Le Seuil (2013)

[Titre d’origine : The Slave Ship, 2008]

Traduit par Aurélien Blanchard.

« Pendant les quatre cents ans que dura la traite négrière, du XVe au XIXe siècle, plus de quatorze millions de prisonniers africains réduits en esclavage traversèrent l’Atlantique pour devenir une main-d’œuvre de masse gratuite.

Illustre représentant de l’histoire atlantique et spécialiste de la piraterie, Marcus Rediker propose ici de faire le récit de cette effroyable tragédie depuis un poste d’observation inédit et nous entraîne à sa suite à bord des navires négriers qui assuraient alors la traversée de l’Atlantique - le "Passage du milieu".

Avec passion et brio, l’historien rappelle la vie à bord de ces monstrueux « donjons flottants » et ces voyages terrifiants au cours desquels périrent deux millions de personnes. Il raconte le quotidien des esclaves, confrontés à la faim, à la maladie et à leur futur destin, la violence extrême des châtiments et des supplices, la mort omniprésente. Mais il rappelle aussi la peur des équipages enfermés à bord de ces poudrières, les rapports hiérarchiques extrêmement durs, les relations entre marins et prisonniers. Enfin, il accorde une large part aux conflits et modes de coopération entre esclaves, issus de diverses ethnies, capables de s’organiser pour mener des révoltes à l’issue souvent sanglante.


Ce site est propulsé avec SPIP par Petitefabrique.net - Mentions Légales